Télécharger
Réduire l'impact écolo de nos vêtements
Le point sur les matières, les colorants, les labels et les alternatives possibles
Réduire l'impact écologique de nos vêtem
Document Adobe Acrobat 157.3 KB

REDUIRE

 

L'IMPACT ECOLOGIQUE

 

DE NOS VETEMENTS

 

CHIFFRES ET BILAN DU TEXTILE AUJOURD'HUI

Aujourd'hui l'habillement est le 2ème marché de consommation après l'alimentation, il prend donc une part importante de nos vies.

La majorité du marché du textile est détenu par des grands groupe, en Europe Carrefour est le 4ème détaillant textile.

Nous ne pouvons parler du textile sans parler des personnes qui fabriquent nos vetements, dans des pays tels que l’Inde, La Chine, L’Amerique du sud, L’Afrique les droits de l’homme sont bafoués.

Selon l'Organisation Internationale du Travail, au moins 12,3 millions de personnes sont victimes du travail forcé dans le monde et 246 millions d’enfants fabriquent nos vêtements ( entre 4 et 12 ans)

 

80% des travailleurs sont des femmes, leur temps de travail va jusqu’à 80h par semaine.

Au bangladesh le salaire mensuel de subsistance est de 48€ mais les ouvrières sont payées en moyenne13,5€

Les Heures supplémentaires sont obligatoires et peu voir non rémunérées, les Syndicat ne sont pas tolérés alors que légalement autorisés.

 

Les conditions de travail sont difficiles, des incidents arrivent tous les jours, incendies, maladies, malaises ( émanations de substances toxiques)

 

En clair, il est aujourd’hui essentiel de développer le commerce équitable et de consommer équitable afin d’avoir un geste citoyen envers ces femmes, ces enfants et ces hommes qui travaillent pour nous au quotidien.

 

LES MATIERES

Une grande partie des fibres employées de nos jours sont soit du coton soit des fibres synthétiques.

 

L’ennoblissement

Chaque fibre subit, afin d’arriver à un produit fini, un processus appelé l’ennoblissement.

3 étapes sont nécessaires avant cet ennoblissement :

  • La fabrication du fil

  • le tissage

  • la teinture

Ensuite l’ennoblissement consiste à un nettoyage, puis à un encollage ( bain d’amidon de résine synthétique et de produits gras). Ensuite arrive le blanchiment ( eau de javel ou chlorite de soude ou eau oxygénée) et enfin dés-encollage.

Ensuite des apprêts sont utilisés pour fixer les couleurs, rendre les vêtements infroissables ou plus blanc que blanc ou antitache, imperméabilisant etc... Ces apprêts sont bien sur réalisés à partir de substances chimiques interdites par les labels bio donc nocifs pour nous et la planète !

 

  1. LES FIBRES ARTIFICIELLES

Les fibres artificielles sont dérivées des déchets du bois ou du coton.

La principale fibre artificielle est la viscose, très douce au toucher et souvent mélangée au coton, aussi appelée SOIE ARTIFICIELLE OU RAYON elle est d’origine «naturelle» mais subit des traitements importants afin d’arriver à ce rendu : soude caustique, acide sulfurique, sulfate de soude, …

L’acétate de cellulose, ou rayonne, est l'une des toutes premières fibres synthétiques inventées par l'Homme. À cette époque, la cellulose était extraite du coton ou de pulpe d'arbre, c'est un polymère naturel. Ces « fibres cellulosiques » ont été dépassées par des produits pétroliers bien moins coûteux tels que le nylon et polyester.

Caractéristiques de la fibre d'acétate

  • biodégradable, compostable, mais aussi combustible ;

  • absorption sélective et élimination de taux faibles de certains produits chimiques organiques ;

  • l'acétate est soluble dans de nombreux solvants courants (en particulier acétone et d'autres solvants organiques faciles à produire). Il peut même être modifié pour être soluble dans des solvants de remplacement, dont l'eau ;

  • Pour les usages textiles, il offre un confort et présente des capacités d'absorption, mais il perd aussi de sa résistance quand il est mouillé ;

  • hypoallergénicité ;

  • forte résistance à la moisissure ;

  • mauvaise tenue face aux solutions alcalines fortes et aux agents oxydants forts ;

  • ces fibres peuvent généralement être nettoyés par voie humide ou à sec, et ne rétrécissent généralement pas au lavage.

 

  1. LES FIBRES SYNTHETIQUES

Dans l’industrie textile, on appelle fibre synthétique une fibre produite à partir de composés chimiques tels que des hydrocarbures ou de l amidon.

Nylon : Famille des polyamides absorbe mal la transpiration, très résistant il est souvent mélangé à d’autres matières

Le Nylon contribue fortement à l’effet de serre à cause notamment du protoxyde d’azote utilisé lors de sa fabrication

 

Polyester: Dérivé du pétrole il est résistant mais pas absorbant, il est souvent mélangé au coton

 

Acrylique: Également dérivé du pétrole non absorbant et moins résistant que le polyamide

Le grand danger causé par cette fibre est dû à sa combustion : si il est en combustion, il libère deux gaz : le CO2 (dioxyde de carbone) et le cyanure. Le CO2 peut être dangereux (asphixie), par contre le cyanure est un gaz extrêmement toxique pour l'être humain et peut entraîner de graves complications pour l'organisme.

Lycra ou Elasthanne: composé de PUR (polyhuréthane) il est modifié et traité pour en faire du Gortex (Teflon), des vêtements anti UV, anti Bactériens, anti acariens....

Certains composants utilisés lors de la fabrication de la fibre sont toxiques, irritants, voire cancérigènes. On retrouve de nombreux vêtements contenant de l’élasthanne dans le domaine sportif, en particulier pour les maillots de bain, les collants, les combinaisons de ski, les shorts de cyclistes ou de coureurs à pied, gants, etc.

De plus en plus d’articles textiles contiennent de l’élasthanne dans leur composition : chaussettes, sous-vêtements, pullset pantalons, soutiens-gorge, etc. C'est ainsi que l'utilisation de cette nouvelle matière a donné naissance au vêtement moulant.

Elle est également utilisée dans le domaine de l'habit de grossesse.

 

Malheureusement, ces fibres sont très polluantes à produire, par exemple, en champagne Ardenne l’usine CELLATEX est la principale responsable de la pollution de l’eau . Elle rejetai en 1997 99kg d’hydrocarbures par jour.

 

  1. LES FIBRES NATURELLES

 

Le Coton

Le coton est aujourd’hui la fibre naturelle la plus produite dans le monde.

On peut toutefois observer une baisse tendancielle de la part du coton dans la consommation mondiale de fibres depuis les années 1970 au profit des textiles dérivés chimiques du pétrole En 1960 la part du coton s'élevait à 68,3% contre 21,8% pour les textiles dérivés alors qu'en 2002 la tendance s'inverse: 39,7% contre 57,7%. Le coton n'en demeure pas moins historiquement la première source de fibres naturelles utilisées au niveau international depuis le début du XXème siècle

A l’origine le coton est naturellement coloré mais avec la révolution industrielle, sont arrivées les teintures chimiques, cela revient moins cher de cultiver du coton blanc que l’on teint! Ces espèces ont donc beaucoup disparues aujourd’hui.

Les USA sont les premiers producteurs au monde de coton avec 60% ( culture de masse à l’époque de l’esclavagisme) L’inde est le deuxième avec 20% suit l’Égypte à 7%

 

 

La culture du coton conventionnel est une source de pollution catastrophique :

- La culture du coton représente 2,5% de la surface agricole mondiale, mais consomme 25% des pesticides vendus dans le monde (Source : OMS).
- De nombreux pesticides utilisés sur le coton sont classés parmi les substances dangereuses et sont même prohibés par l'Organisation Mondiale de la Santé. Selon l'OMS, chaque année, 1 million de personnes sont intoxiquées et 22 000 personnes meurent à cause de cette culture.
- L'irrigation artificielle du coton conventionnel utilise plus de 2/3 des ressources mondiales d'eau potable. Environ 5 263 litres d'eau sont nécessaires pour produire 1 kg de coton. (Source : CNRS). 3eme consommateur d’eau après riz et blé
- L'utilisation des pesticides et engrais correspond à 40% des coûts de production du coton conventionnel (Source : Conseil Consultatif International sur le Coton)
- Autour de la Mer d'Aral (En Asie centrale c’est l une des plus grandes mers intérieures), la culture du coton a perturbé de manière pratiquement irréversible les écosystèmes de régions immenses. La Mer d'Aral a diminué de moitié, désormais, son eau est trop polluée et trop salée pour accueillir une vie aquatique et les terres environnantes ne sont plus cultivables. (Source : UNESCO).

 

En moyenne un champs de coton subit 30 traitements par An

 

Voici ce que contient une chemise 100% coton achetée dans le commerce :

100g de pesticides

2000 à 3000 litres d’eau

10 produits chimiques

15000 à 20 000 km parcourus

Rejet des teintures dans les rivières

100% coton = 10% de produits chimiques!!

 

Un grave problème se pose en Inde notamment avec l’arrivée du coton OGM ( appelé coton BT) qui coute cher aux agriculteurs et qui les endettent à un point que les suicides ont considérablement augmentés et aujourd’hui 1 agriculteur se donne la mort toutes les 8h

 

Pensez donc au coton bio et équitable quand vous achetez vos vêtements car le coton est certe une matière naturelle mais en non bio qui consomme une grosse quantité de pesticides!

 

Le chanvre 

Le chanvre ne requiert aucun pesticide ni insecticide pour pousser, économe en eau c’est une matière idéale à porter car elle est thermorégulatrice. Ses fibres sont longues et donc plus resistantes, cette matière est très respirante et beaucoup plus absorbante que le coton.

Le chanvre pousse sans engrais et recouvre en 8 jours les terres en friches, etouffe naturellement les mauvaises herbes et ses racines profondes drainent et régenèrent le sol.

Sa culture se fait sur tout sols et à tout climat

Aujourd’hui en France 7500 hectares sont cultivés essentiellement pour le papier contre 170 000 hectares au 19ème siècle!

Croyez le ou non au 18eme siècle le chanvre était un produit de première nécessite au même titre que le blé !

 

Le lin

Biodegradable et recyclable l’Europe est le 2ème producteur mondial après l URSS

Le lin n a besoin que de très peu d’engrais et de pesticide pour pousser et il est parfait pour les peaux sensibles et très absorbant.

 

 

L’Ortie

La fibre textile à base d ortie a été lancée à Anger au 16ème et 17e siècle mais la transformation étant compliquée et pas totalement mécanisée la culture a été totalement abandonnée.

Quelques hectares sont toutefois cultivés en Europe pour le papier monnaie

Il semble que cette fibre réapparaisse chez certaines marques, notamment pour les jeans! Youpi!

 

La laine

Imperméable à l’eau, la laine est également très isolant du froid et du chaud. Et oui! Elle a une structure physique qui enferme une très grande quantité d’air.

Il existe plusieurs types de laines

 

Un mouton merino produit 8000km de fil par an soit 1km/h!

Nos moutons français n ont malheureusement pas beaucoup de succès et nous trouvons la plupart du temps de la laine provenant du Népal ou d’Amérique du Sud.

Ardelaine œuvre pour une production française à partir des laines locales, une bonne initiave à soutenir!!

 

La soie

Un ver à soie va produire pour faire son cocon 600 à 1200cm de fil plus solide que de l’acier

La soie absorbe l’humidité et a une très bonne élasticité ( infroissable)

En France, Lyon était un gros producteur de soie mais aujourd’hui c’est la Chine qui en est le 1er producteur.

Préférez la soie sauvage qui évite l’élevage en masse et la surexploitation des vers.

 

Le bambou

Avec plus d'un millier d'espèces connues et d'innombrables applications, le bambou conquiert aujourd'hui le marché du textile. Un processus similaire à la transformation de la pâte à papier en rayonne ( viscose) permet de changer des pousses robustes en un tissu soyeux hautement absorbant et antibactérien.

Cette fibre pousse sans nécessiter de nombreux produits synthétiques, ce qui n'est pas le cas malheureusement de sa transformation en viscose, avec de la soude.

En 2004, la Chine - premier producteur mondial de bambous - a exporté pour l'équivalent d'un million de dollars de bambous destinés au secteur du textile. En 2006, ce montant a été multiplié par dix !

 

Le soja

Le Soja est très doux au toucher et est facilement renouvelable et biodégradable. Encore rare dans le commerce cette fibre se développe de plus en plus. Au toucher elle se rapproche le plus du bambou.

 

Autres matières naturelles pouvant produire des fibres textiles:

  • Abaca, provenant du bananier 

  • Coir, provenant du fruit : fibre de la noix de coco 

  • Genêt, fibre extraite du genêt d'Espagne ou spartier à tiges de jonc 

  • Gucca, provenant de la feuille 

  • Jute, provenant de la tige 

  • Kapok, provenant de la graine 

  • Kennaf, provenant de la tige 

  • Latex, provenant du tissu laticifère de l'hévéa 

  • Manille, provenant de la feuille 

  • Paille 

  • Ramie, provenant de la tige 

  • Raphia 

  • Sisal, provenant de la feuille 

  • Varech

 

LES COLORANTS

 

Il existe aujourd’hui 3 catégories de colorants afin de teinter nos vêtements :

  1. La premières catégorie, la plus utilisée est celle des colorants «dispersés» c’est à dire qu’ils sont insoluble dans l’eau. Utilisés plus précisément sur les fibres synthétiques ils sont responsables de la plupart des allergies et peuvent donner naissance à des composés cancérigènes. Ces colorants dispersés contiennent des métaux lourds dangereux pour la santé et pour la planète lorsqu’ils sont déversés dans les cours d’eau.

     

  2. La deuxième catégorie est celle des colorants solubles qui conviennent à toutes les fibres. Comme leur nom l’indique ces colorants sont solubles et ne polluent donc pas l’environnement.

     

  3. La troisième catégorie est celle des colorants naturels : les plantes, les racines et la nature qui nous entoure nous permettent d’obtenir une large palette de couleurs.

 

LES LABELS

 

Nous avons aujourd’hui beaucoup de labels en place en France , en Europe et dans le monde. Il est très difficile de s’y retrouver et malheureusement il n existe pas encore de label commerce équitable en France.

Voici une liste non exhaustive des labels les plus courants dans le textile.

Tous ont des cahiers des charges différents, à vous de choisir celui qui correspond le mieux à vos critères !

 

bioRe est un label concernant les textiles biologiques et issus du commerce équitable créé en 1996 par Remei AG, une entreprise basée en Suisse, et commercialisant des fils et des vêtements en coton biologique.
BioRe a élaboré un cahier des charges en matière de culture biologique et sur le plan social pour le coton. Le label BioRe garantit :

  • Le coton est issu de l'agriculture biologique

  • Aucun produit chimique n'est utilisé pour la teinture, le blanchiment
    se fait à l'oxygène et l'ennoblissement est réalisé sans formaldéhyde.

  • Le respect de la norme SA 8000 qui comprend l'interdiction du travail des enfants, la fixation de minima sociaux et l'encadrement des horaires de travail.

  • L'achat au cultivateur de sa récolte à un prix garantit supérieur de 20% à celui du marché pendant 5 ans.


En ce qui concerne l'inspection, c'est un organisme indépendant et accrédité qui est chargé de vérifier que le coton des projets bioRe est bien cultivé en respectant les normes de l'agriculture biologique. L'intégralité des achats complémentaires de coton biologique est issue de projets contrôlés par un organisme agréé.

Au cours de son histoire, bioRe a reçu plusieurs prix pour ses initiatives, comme par exemple la distinction des partenariats pour le développement durable, remise par le Programme des Nations Unies pour l'environnement et par la Chambre de Commerce Internationale, lors du déroulement du sommet mondial pour le développement durable à Johannesbourg en 2002

http://www.remei.ch/fr/page-d-accueil.html


IMO
(Institut für Marktökologie - Institut pour l'écologie de marché) est un organisme d'inspection et de certification de produits écologiques qui existe depuis une vingtaine d'année. Control Imo offre une certification de production biologique conforme à la norme européenne (EU) Nr.2092/91.

Ses activités internationales sont accréditées par le Swiss Accreditation Service. Control Imo est aussi accrédité par l' USDA, l'autorité américaine pour la certification agriculture biologique dans le cadre du NOP (programme biologique national américain) ainsi que  du MAFF japonais,  Japanese Agricultural Standard.
 
IMO s'intéresse à la certification bio mais est a également développé des certifications dans les domaines des textiles naturels, la gestion durable des forêts et la surveillance des conditions sociales.

http://www.imo.ch/

SKALest un organisme de certification hollandais qui délivre la normeEKO pour les produits biologiques.
Le domaine de Skal concerne l'agriculture bio, le traitement des produits agricoles, l'importation de produits hors de l'Union Européenne, les sociétés de commerce et de logistique (sauf les magasins).
Les produits concernés sont les produits alimentaires bio végétaux et animaux mais aussi non alimentaires tes que les huiles essentielles,
teintures, textiles.
Skal est accrédité par le Dutch Council for Accreditation. Toute la chaîne de production est contrôlée au moins une fois par an.
95 % des ingrédients au minimum doivent être issus de l'agriculture biologique. Les aliments contenant entre 70% et 95% d'ingrédients biologiques peuvent indiquer : "x% des ingrédients d'origine agricole ont été obtenus selon les règles de la production biologique".

http://www.skal.com/

 

Le label Ecocert des textiles biologiques ou à base de fibres biologiques a été créé et est contrôlé par l'organisme de certification français Ecocert depuis 2006.
Il comporte deux niveaux d'exigence :

textile biologique (minimum de 95% des fibres issues de l'Agriculture biologique, 5 % de fibres synthétiques autorisés).

  • textile à base de fibres biologiques (entre 70% et 95% des fibres issues de l'Agriculture Biologique). Dans les deux cas, 95% des fibres sont naturelles, 5% synthétiques.

Il concerne les vêtements (Jeans,  T-shirts, Textiles coton, laine, soie, chanvre) et sous-vêtements.

http://www.ecocert.fr/-Textiles-biologiques-.html

 

Le label GOTS international privé a été créé en 2008 par un groupe de travail regroupant l'International Association Natural Textile Industry, la Soil Association, l'Organic Trade Association et la Japan Organic Cotton Association.
Le label GOTS comporte deux niveaux d'exigence :

Organique : minimum 95% des fibres textiles d'origine biologique certifiée. Les 5 % restants peuvent être en fibres synthétiques ou artificielles (viscose par exemple).

"Made with X % Organic Materials" ou "Made with X % Organic - in conversion materials" : de 70 à 95 % des fibres d'origine
biologique certifiée ou en conversion. Les 30 % restants peuvent être en fibres non biologiques. Les fibres artificielles ou synthétiques sont autorisées à hauteur de 10 % maximum (25 % pour les chaussettes, collants et vêtements de sport).
Le label GOTS interdit:

l'utilisation de solvants aromatiques ou halogénés, de chlorophénol, de détersifs, du formaldéhyde, des OGM, de fongicides ou biocides,

de métaux lourds et de colorants contenant des métaux (sauf le cuivre autorisé à hauteur de 5% dans les colorants bleus ou verts, et le fer), ...

le PVC pour les accessoires(ex.boutons).

Le référentiel inclut également des critères sociaux selon des conventions de l'Organisation internationale du travail (OIT) : respect des droits des salariés, pas de travail des enfants, liberté syndicale ...

http://www.global-standard.org/

 

Naturleder est un label international de qualité environnementale et sociale du cuir créé en 2008 par l'association professionnelle allemande IVN.
Il garantit que le cuir n'est pas issu d'animaux sauvages ou d'espèces menacées, que les peaux sont conservées et nettoyées sans recours à des agents chimiques avant leur tannage. Seuls
des détergents biodégradables sont utilisés pour le nettoyage. L'utilisation de produits de tannage à base de chrome et autres polluants est interdits par le référentiel de Naturleder : seuls les produits de tannage végétaux ou ceux contenant de l'aluminium, du zirkonium ou du titane sont autorisés. Les produits de tannage traditionnels tels que l'huile de baleine font l'objet de contrôle
d'origine.  L'utilisation de colorants contenant des AOX ou des métaux lourds est également interdite. Au niveau social, le label Naturleder garantit le respect des droits des salariés, l'absence de travail forcé et de travail des enfants, la liberté syndicale, le droit d'organisation et de négociation
collective, le versement de salaires décents, etc.

http://www.naturtextil.com/profil/qualitaetszeichen/naturleder.html

 

Naturtextil est un label créé par l'association internationale des industriels du textile naturel (IVN). On le trouve généralement sur les vêtements en coton, en laine ou en cuir, mais aussi sur le linge de maison (literie, salle de bain).

Une charte rigoureuse et des contrôles assurés par des laboratoires indépendants caractérisent ce label dont les principaux critères d'obtention sont :

la culture et élevage biologiques, ou en période de conversion

des conditions de travail équitables

le respect de l'environnement et de l'homme à tous les maillons de la chaîne de fabrication (composition, traitement, coloration, imprimerie, accessoires).

 la transparence des contrôles et des procédés mis en œuvre.

Le label Naturtextil se décline en deux variantes : IVN-certified et IVN-certified BEST
Pour Naturtextil IVN-certified, 95% des fibres (ou plus), à l'exception des accessoires non-textiles, doivent être d'origine biologique ou en période de conversion.
Le label BEST ne s'applique, lui, qu'aux produits dont 100% des fibres textiles sont certifiées d'origine biologique

http://www.naturtextil.com/portal/loader.php

 

Leader mondial des labels santé dans le textile, les labels internationaux Oeko-Tex 100 et 1000 sont apposés sur des textiles ne contenant pas d'éléments chimiques nocifs pour la santé et la peau (formaldéhyde, métaux lourds, pesticides, phtalates,
benzène  ...).  Ces labels privés sont attribués et gérés par Öko-Tex et contrôlés par des organismes indépendants. Les organismes de contrôle sont accrédités par les organes compétents dans chaque pays.
Le fabricant peut apposer le label Oeko-Tex sur les produits ou groupes d'articles ayant fait l'objet de contrôles concluants et en faire la publicité sous toute autre forme s'il a été prouvé dans le cadre de tests en laboratoire que la totalité de leurs composantes, accessoires compris, remplissent les critères de contrôle requis. Un certificat pour un produit est établi pour une durée d'un an et peut-être renouvelable plusieurs fois.


Oeko-Tex 100 : garantit que les textiles ne contiennent pas de substances indésirables pour la santé et pour la peau.
Il prévoit  notamment

  • des critères de contrôle identiques partout dans le monde et scientifiquement fondés.

  • le contrôle et la certification des produits textiles par des instituts de contrôle indépendants ayant l'expertise requise.

  • le contrôle des produits bruts, semi-finis et finis à tous les niveaux de la transformation

  • la conformité de la production grâce à la gestion qualité dans les entreprises. des contrôle régulières dans le commerce et des visites des entreprises par des auditeurs indépendants de l'Association Oeko-Tex.


Oeko-Tex 1000 : Cette certification concerne les sites de production des entreprises de textile qui souhaitent que l'on reconnaisse les efforts qu'ils font au niveau de leurs sites pour le respect de la nature. Le Standard 1000 complète le Standard 100 par un système de contrôle, d'audit et de certification pour les sites
de production respectueux de l'environnement tout au long de la chaîne textile. Pour obtenir la certification selon l'Oeko-Tex Standard 1000, les entreprises doivent apporter la preuve qu'au moins 30% de la production sont déjà certifiés selon l'Oeko-Tex Standard 100 et remplir certains critères concernant leur processus de fabrication respectueux de l'environnement.

http://www.oeko-tex.com/

 

LES ALTERNATIVES

 

Il existe aujourd’hui un vrai marché alternatif au textile voici quelques tuyau pour sortir du «système» !

 

Se renseigner avant d’acheter un vêtement neuf.

Commerce équitable ? Bio ?

A vous de choisir selon vos convictions, acheter bio ou équitable ne coute pas plus cher. Nos références de prix sont faussées: pensez à l’Etre humain qui a fabriqué votre t-shirt à 10€, pensez vous qu’il puisse manger et nourrir sa famille tous les jours ?

 

Fibres recyclées ( appelées PET)

Avec 27 bouteilles nous pouvons produire 1 pull en laine polaire

1 tonne de matières recyclée = 1 à 1,2 tonnes de pétrole

C’est donc un très bon réseau à développer, certaines marques le font déjà avec d’autre matières, ne jetez rien réutilisez tout!!!

 

Fripes, c’est la mode alors profitons en car les friperies fleurissent dans nos rues! pensez également à Emmaüs, aussi bien pour donner vos vieux vêtements que pour aller en acheter d’occasion!

 

Créateurs engagés

 

Et le Made in FRANCE !!!